Partagez | 
 

 Une soirée enivrante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyMar 29 Mar 2011 - 1:07

La nuit était tombée sur Evanya, les rues de la cité étaient éclairées des lanternes dont les bougies avaient été allumées par les gardes eux-mêmes. Les échoppes disparurent petit à petit, les cris des enfants et le chant des oiseaux s’estompèrent à la grandeur de la lune, s’élevant majestueusement au dessus de la cité d’Ardamir. L’air ambiant était doux et plaisant, laissant quelques courageux vendre leurs bric à brac à même le sol. Les petites ruelles étaient orangées par la lumière des maisons. La garde de nuit quant à elle faisait sa ronde tandis que certains soldats restaient immobiles à l’entrée de quelques ruelles et bien évidemment à la grande entrée de la Cité. Les étoiles prônaient fièrement, accompagnant l’astre des nuits, offrant à tous la beauté du firmament endormi.

Le mot « fête » prenait alors tout son sens, les tavernes et auberges laissaient échapper des cris de joies accompagnant quelques chants elfiques et tout cela s’intensifié quand leur porte s’ouvrait en vue d’inviter quiconque à prendre du bon temps après une journée de travail.

Il était sûr que l’auberge de la flèche dorée était la plus conviviale, celle où l’ambiance et la chaleur elfique enivrait même les moins fêtards, entraînant les visiteurs venus d’ailleurs et les elfes à une folle nuit de plaisirs et de rires. C’est vers cette auberge qu’Ayliän avançait, pas à pas, respirant l’air pur d’Evanya, espérant que cette soirée lui permette de quitter la contrée elfique avec le sourire. Demain, il partira pour un bien long voyage, il en avait avertit Ezëkielle, espérant qu’elle ne lui en veuille pas de trop ainsi que d’autres personnes, bien que le Conseil de la Garde s’arrangea une nouvelle fois pour rependre la nouvelle dans toute la Cité, ce qui fut un franc succès comme à l’accoutumé. Il avait préparé ses affaires pour le grand départ bien que ce soir, il ne portait que sa seule armure bleutée et ses vêtements. Il n’était même pas muni de sa dague, la laissant avec ses armes à ses appartements.

Le Gardien avait tout de même quelques appréhensions, non pas d’insécurités, mais, ce genre de sortie n’était pas dans ses habitudes et la gêne n’avait de cesse de le tourmenter. Il espérait simplement se fondre dans la masse et boire un verre avec les gardes l’ayant invité hier après midi. Malheureusement pour lui, il savait pertinemment que tous allait remarquer le Gardien de la Nature entrer dans un lieu qui ne lui était pas familier.

Avançant d’un pas lent, il finit par arriver à la porte de celle-ci, elle était chaude au toucher lorsqu’Ayliän la poussa doucement, laissant entrevoir son armure bleutée qui sembla attirer tous les regards, arrêtant même la musique un instant… Devant ce silence et à la vue de toutes ses têtes le fixant avec curiosité, il ne pouvait que réagir maladroitement, pourtant, il n’eut le temps.

- Heu… Bonsoir…



- COMMANDANT!!!!!!!!!!!!!!!! Hurla l’assemblée avant que la musique ne revienne, permettant à l’orchestre d’en mettre plein les oreilles, que le tavernier ne ressert ses verres et que les étrangers ne sachant pourquoi une telle réaction des elfes à sa venue ne reprennent leur bière!

Ayliän en sourit et tout aussitôt le stress s’envola, la gêne n’avait plus lieu d’être, annihilée par tant d’euphorie. Il aperçu alors un attroupement de gardes à une table qui se mirent à l’acclamer, verre de vin à la main. S’en suivit l’un des gardes l’ayant invité s’approcher de lui.

- Vous êtes venus mon Commandant! Venez Venez, tout le monde vous attends!

Ayliän lui sourit avant d’avoir le temps de dire mot, les gardes étaient tous en uniformes, venant certainement de finir leur journée.

- Commandant Faën, essayez-vous ici! proposa l’un d’eux avant qu’Ayliän n’accepte.

- Regardez-moi ce lèche botte! lança d’un air taquin l’un d’eux.

- T’es jaloux Tilunë! Tu veux un baiser? reprit un autre en rigolant.

- Ne les écoutez pas, ils ont déjà bien trop bu pour se rendre compte de leur humiliation!

- Hop hop hop, la soirée ne fait que commencer!
Un verre, commandant?


- … pourquoi venir à la flèche dorée si ce n’est pour boire!

- Yeeeaahhh! cria la troupe avant que l’un d’eux ne remplisse son verre de bon vin elfique.

Le Gardien se mit debout et leva son verre sous le regard intrigué des soldats.

- Longue vie à Evanya!

Les gardes se mirent debout en un clin d’œil et tous en cœur reprirent les paroles d’Ayliän avant de vider leur verre d’une traite. La soirée n’avait pas pour autre thème que le bon vin elfique et les discussions diverses passant de la charmante elfe de l’échoppe aux fruits et lègumes à la politique avant d’en venir à la belle Evanya et ses trésors. Ayliän n’avait pour ainsi dire jamais réellement fêté quelque chose, les sorties, pour lui, se limitaient à la solitude d’un tour de garde, de quelques heures supplémentaires aux sanctuaires… et de tant d’autres choses que ne semblaient plus être réellement important à ce moment là bien précis. Le vin elfique était délicieux, les étrangers s’aimaient à y goûter, voyageant à travers la contrée, se délectant des différents vins.

Après deux bonnes heures et quelques bouteilles que se partageait le groupe, Ayliän comprit à quel point il consacrait sa vie au travail, laissant de côté les délices et autres gourmandises de la vie. Remarquant la bouteille de vin vide, il se leva en vacillant, comprenant que l’alcool semblait faire effet.

- La prochaine, elle est pour moi! dit-il avec le sourire, laissant le groupe à son euphorie, l’acclamant maladroitement en le regardant marcher en direction du comptoir.

Il commanda une nouvelle bouteille et s’adossa au comptoir en attendant.

Son regard se posa à tous ces gens riant de bon cœur, ses amoureux se tenant la main, parlant certainement de jolis projets… de tous ces gens semblant vivre paisiblement… Les regardant avec plénitude, le Gardien réalisa que tout ceci était le fruit de son travail… de ceux de l’armée, de ceux des gardes et des soldats… Il était vrai que sa vie prônée bien trop le travail… mais il fallait bien des personnes comme lui, sacrifiant une vie normale à la lourde tâche de préserver la contrée en vue de pouvoir un jour y contempler tant de joie et de sérénité dans le cœur des elfes, tout comme maintenant. Il ne pu qu’en sourire, laissant ses lèvres formaient un arc, perdu dans ses pensées, il ne fit plus attention au monde qui l’entourait…


Dernière édition par Ayliän Faën le Jeu 7 Juil 2011 - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyMer 30 Mar 2011 - 13:01

C’était une soirée bien agréable, la nuit n’était pas fraiche et les étoiles accompagnaient la demi-lune dans un ciel d’un bleu magnifique, un ciel comme on en rêve dans les contes pour enfant ou pour s’endormir. C’est en direction de la citée que l’elfe de la nature se dirigeait tranquillement, admirant la beauté de la vallée sous cette lumière naturelle, la citée blanche prenait tout son sens lorsqu’une telle luminosité se posait sur elle, elle brillait de mille feu, comme si elle avait était peinte de poussière de fée. Une image si splendide qu’Estel restait ainsi dans les hauteurs à la regarder durant quelques minutes. D’ici elle n’entendait pas les sons provenant des différentes rues et maison, une fois en bas dans la plaine, ce serait autre chose, elle entrait dans la citée rarement le joue, car il y avait bien trop de monde pour elle, son visage était connu, elle était l’elfe méprisait, celle qui se donnait aux autres races au lieu de se consacrer à la sienne, beaucoup la dénigrait du regard, comme ci elle avait la peste ou une maladie dangereuse sur elle, les chuchotement à son égard n’étaient pas très glorieux, beaucoup la traiter de fille de joie, heureusement elle avait aussi des amis et une famille aimante dans cette citée et c’était justement pour un ami qu’elle était de sortie.

Lucio et Linéa, deux elfes d’une gentillesse extrême, il était un ami de ses frères, il avait toujours considéré Estel comme sa sœur et la défendrait comme telle, quand à Linéa, elle était une amie d’enfance, elles avaient grandi ensemble jusqu’au départ d’Estel pour vivre son amour avec Warren le vampire, elles continuaient de se voir bien sur, Linéa avait été marraine de son fils Arthur, Estel témoin à l’union de ses amis et après des années d’attente, son amie avait enfin donné naissance à un petit garçon qu’elle avait d’ailleurs nommé Warren et dont la marraine était notre elfe. Lucio était venu dans l’après midi prendre seul des nouvelles de son amie, il lui avait demandé deux choses, calmer son fils qui faisait ses premières dents, rendant la vie de sa femme, de nouveau enceinte, insupportable et un calmant pour protéger Linéa de ses montées de colère, inadaptée pour son futur bébé. N’ayant pas ce qui lui fallait sous la main, Estel lui avait promit de repasser dans la nuit pour lui apporter de quoi soulager les deux membres de cette petite famille.

Comment passer à une heure si tardive dans une famille me dirais vous ? Et bien rien de plus simple pour trouver une famille la nuit, lorsque celle-ci tien une auberge, c’est dans la nuit que vous êtes le plus capable de la trouver. Ainsi, elle s’avançait doucement vers les portes, les gardes déjà sur leurs gardes, les cris des clients des différentes tavernes venaient déjà à ses oreilles, les elfes étaient de plus en plus égaux aux hommes. Les autres races parlent des elfes comme des gens pures et gracieux, heureusement qu’ils ne viennent pas la nuit, ils verraient alors une petite majorité de la ville se donner au plaisir de l’alcool et de la chair comme les humains, heureusement, une bonne partie des elfes, avaient encore ce coté noble et respectueux de leurs races. Ainsi, Estel se tenait devant la porte, tenu par deux gardes en bas, dont un qui s’avançait vers elle afin de la contrôler et cinq sur les remparts. L’elfe habituait par cette fouille, postait ses bras à l’horizontale, tenant dans sa main droite son épée et dans la gauche son arc, le garde posait ses mains sur elle afin de vérifier les armes qu’elle portait.

Bonsoir Estel, comment allez vous par cette belle nuit ?

On ne peut mieux, la ville est agitée en cette nuit étoilée !

Oui notre chef Ayliän, s’en va pour quelque temps, alors nous lui donnons une soirée inoubliable !

Oui enfin les autres, car nous nous faisons notre devoir !

Oui c’est sur, une autre arme sur vous ?

Oui le poignard dans ma botte droite comme d’habitude.

Bien, je vous laisse rentrer, bonne soirée Estel.

Bonne soirée Estel! disaient-ils tous en cœur.

A vous aussi, je vous ramène quelque chose en repartant ?

Non merci, c’est gentil à tout à l’heure.

Elle leurs faisait signe de la main à présent se dirigeant vers la taverne de son ami Lucio, la flèche dorée. En y entrant quel ne fut pas sa surprise de voir que c’était bien de là que venait tous les bruits. Elle y retrouvait des elfes plutôt bien amoché par l’alcool, criant et chantant des louanges, elle en reconnaissait certain qui protégeaient pendant d’autres nuits la citée, pensez vous bien qu’une telle femme qui rentre la dedans et qui en plus et connu à eut le droit à plus d’un baiser sur la joue avec une haleine comme pourrait en donner du bon vin, sans compter les petites mains passantes vite retiré par le regard noir d’Estel. C’est avec difficulté qu’elle arrivait enfin au comptoir, trouvant une place à coté d’un elfe plutôt sage habillé de bleu. Son regard partait en direction du patron entrain d’essuyait ses verres.

Bonsoir Luc !

A Estel, enfin, le petit n’arrête pas, il était temps, pas trop dur pour arriver jusqu’ici ?

Non ça va, tu es sur que ce n’est pas tout ce bruit qui empêche ton fils de dormir ?

Non, ce sont les dents, on les sens bien en mettant un doigt sur ses gencives et qu'il nous croque.

Tiens dans ce cas, le rouge pour Linéa et le vert pour Arthur !

Au merci, je vais le lui donner tout de suite, je reviens tu peux tenir le bar s’il te plait ?

Elle répondait favorablement par un signe de tête, puis prit place derrière le comptoir en sautant par-dessus. Ce qu’elle avait le plus peur, s’était des commande difficile, du vin elle savait le servir et le déboucher, une bière s’était un peu plus dur, non Estel n’était vraiment pas une fille de café et encore moins une femme pouvant supporter tous ces cris ! Il était bien loin le calme de sa foret, la sérénité qu’elle avait connu il y a quelques minutes dans ses hauteurs, comment les elfes pouvaient supporter autant de bruits lorsqu’ils dormaient, eux qui avaient des oreilles si susceptible au bruit. Son ami passait de nouveau sa tête, interpelant l’elfe, il lui donnait une bouteille de vin, lui précisant que c’était un très bon vin et qu’elle pouvait en offrir un verre à l’elfe du comptoir tout en s’en servant un.

Il était rare qu’Estel buvait de l’alcool, elle ne le faisait qu’en venant voir ces amis lors d’une soirée, se limitant un à un seul verre de très bon vin comme il venait de lui donner, ensuite elle ne buvait que deux fois dans l’année, mais boire jusqu’à ne plus se souvenir de ce qui s’était passé, c’est deux fois représentait les deux jours les plus tragique de sa vie, celui ou elle avait perdu son fils et son mari, puis celui ou elle avait perdu son amant, durant ces deux jours, Estel venait acheter une bouteille d’hydromel à Lucio, le plus fort qu’il avait, puis elle rentrait chez elle pour boire, boire jusqu’à oublier tous ces souvenirs malheureux et pleurer les jours heureux qui lui manquaient tellement. Ainsi elle débouchait le bon cru qu’elle avait entre les mains, prenant deux verres propres, elle les remplissait à mi hauteur, elle se doutait que l’homme devant elle devait être quelqu’un d’important pour que Lucio lui dise de lui proposer le deuxième verre, il devait certainement être le chef dont les gardes avaient parlé : Ayliän. Ainsi, elle lui dit alors qu’il avait le dos tourné.

Monsieur, voulez vous trinquer avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Une rencontre chaleureuse...   Une soirée enivrante... EmptyMer 30 Mar 2011 - 17:56

Le vert émeraude d’Ayliän parcouru la grande salle de l’auberge, posant son regard à la foule euphorique, chantonnant quelques chants elfiques, prenant même plaisir à en apprendre aux plus jeunes. La chaleur enivrante qu’émanait une telle ambiance parcouru le corps de l’elfe, apaisant son être des tracas de la vie quotidienne.

La porte s’ouvrit et son regard se posa ensuite sur la nouvelle venue, une elfe plutôt jolie dont la beauté ne pouvait qu’en être jalouse… A-t-elle point qu’elle fut vite encerclée de bon nombre d’elfes profitant de leur ivresse en guise d’excuse à leur maladresse perverse. Ayliän se mit à sourire de ce spectacle lorsqu’elle rejeta les avances de par quelques regards pouvant en refroidir plus d’un. Mais sa beauté n’avait de cesse de tourmenter ses pas en direction du comptoir tant les hommes se plaisaient à la contempler de prés… parfois de trop prés. Mais n’était-ce pas donc cela la vie nocturne, peut-être même qu’elle en était habituée, peut-être même que cette scène se répétait chaque soir, lorsqu’il était seul dehors en pleine nature ou à faire sa ronde dans les rues de la cité quand l’envie lui prenait de quitter ses appartements, inspectant ainsi les groupes de gardes qui se devait de respecter leurs horaires.

La jeune elfe était une guerrière, sa carrure ne trompait pas au contraire de sa beauté. Comment pouvait-on être aussi jolie et se risquer de dégrader un visage aussi pur? Ses longs cheveux dorés valsaient à chacun de ses pas, esquivant les gens ivres en manque de sensations fortes espérant certainement assouvir quelques pulsions sexuelles. A sa vue, Ayliän l’a voyait comme une princesse que tous se voulaient de conquérir, le problème était que pour toutes ces personnes, le physique en était la priorité, ce qu’Ayliän lui-même regarda avant tout. Mais son visage en disait bien plus, formant de petites mimiques, elle n’avait d’autre envie qu’on la comprenne et non qu’on la regarde avec insistance, ce qu'il comprit.

Lorsqu’elle arriva à hauteur du Gardien, elle s’accouda au comptoir en attendant le tavernier qui ne fut pas long à revenir avec une bonne bouteille de vin qu’Ayliän avait commandé, il y a de ça quelques minutes. L’elfe hocha de la tête en souriant pour le remercier mais ne partit pas tout de suite, curieux de savoir ce que la jeune elfe était venue faire en ce lieu. La vaisselle se devait d’être faite et après avoir déposé la bouteille de vin à côté de l’elfe, le tavernier entreprit de laver les verres avant d’être interpellé par la belle elfe. Comprenant à présent qu’elle était bien plus qu’une vague connaissance à cette auberge, Ayliän détourna le visage une nouvelle fois en direction de la foule, préférant ne pas être indiscret. Mais son regard se porta instinctivement sur le côté afin de revoir cette elfe bien intrigante mais telle fut sa surprise en remarquant qu’elle n’y était plus. Il ne chercha pas à comprendre et soupira faisant une petite moue maladroite à presque regretter de ne plus la voir…

Il ne fallut que quelques secondes pour que revienne un sourire à son visage à l’appel de celle-ci qui s’était en faite retrouvée derrière le comptoir. Ayliän se retourna un peu surpris et lui sourit comme soulagé de la contempler une nouvelle fois, s’immisçant à travers le bleu-vert de ses yeux, enchevêtrement de nature et de cascades se mélangeant avec son vert émeraude dans un ballet des plus enivrants. Il ne chercha pas à comprendre la cause de cette invitation, sachant que tout le monde le connaissait, le tavernier avait dû lui faire un petit cadeau d’Adieu.
Il offrit un joli sourire à la jeune elfe et accepta avec enthousiasme.

- J’en serais très heureux.

Il prit le verre de vin sur le comptoir, le fit basculer délicatement vers celui de la jeune guerrière tout en s’accrochant à son regard et bu une gorgée. Le tavernier réapparu alors, inclinant la tête chaleureusement à Ayliän qui en fit de même pour le remercier. Il avertit, par la même occasion, la jeune elfe qu’elle pouvait à présent quitter sa place. Profitant alors de l’occasion, le Gardien l’invita tout simplement à ses côtés.

- Je vous en prie, ne restez pas seule, accompagnez-moi.

Il posa la main sur l’un des sièges du comptoir à côté de lui, celui même où elle s’était assise et s’accrocha de nouveau à son regard, espérant qu’elle ne s’y refuse, ce qu’elle ne fit pas à son grand soulagement, s’asseyant à ses côtés après avoir sauté au-dessus du comptoir comme elle avait certainement dû le faire avant qu’elle ne disparaisse. Ayliän se positionna de biais, posant un coude sur le bar tout en faisant face à la jolie guerrière. Elle était vêtue d’un ensemble très mouillant, caressant sa peau pour en faire découvrir ses formes généreuses, ce qui ne passa pas inaperçu de l’elfe. Elle émanait une certaine chaleur corporelle et son odeur naturelle n’arrangeait en rien le faite qu’Ayliän se plaisait à la contempler. Il inclina légèrement la tête et se présenta.

- Je me nomme Ayliän Faën, Gardien de la Nature… et je vous remercie de votre présence. dit-il en souriant quelque peu avant de se redresser.

- Votre beauté semble étreindre tous les cœurs.
Pourrais-je en savoir plus sur vous?


Ayliän s’était exprimé de façon respectueuse, tout en lançant la conversation, espérant en savoir plus sur cette intrigante créature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyMer 30 Mar 2011 - 19:37

[hrp : J’aime ta description de moi^^]

Il s’était retournait et Estel avait à présent devant elle un elfe blond, quoi de plus naturel mais des yeux d’un vert émeraude, un vert étincelant, si magnifique qu’ils lui seraient inoubliable, comme son sourire, un sourire angélique était il dut à l’alcool qu’il avait déjà dut ingurgiter où était il naturel ? Ce qui était sur, c’est qu’avec un sourire comme celui-ci, Estel ne pouvait que lui répondre du sien. Ainsi il acceptait ce verre, après un léger basculement de son verre vers celui de son accompagnateur, elle en but une gorgée appréciant délicatement le parfum et l’arome de ce vin fabuleux. Doux et fin, glissant doucement sur le palet et caressant sa gorge avec une grande finesse, malgré cette douce sensation, elle n’avait pas lâché du regard l’elfe qui l’accompagné, tellement l’intensité de ses yeux était forte. Lucio réapparut derrière elle, l’elfe le remerciait pour la bouteille, même s’il était amoché, il était doté d’une grande politesse. Lucio saisissait Estel par la taille, lui murmurant.

Linéa te remercie pour les potions, tu peux aller la voir, mais elle est très fatiguée, je te conseil de revenir demain où de dormir ici comme tu veux, merci de ton aide.

Elle l’embrassait sur la joue, il comprenait qu’elle laisserait sa femme tranquille et qu’elle finirait son verre avant de partir. Elle pensait rester la derrière, à l’abri des mains baladeuses des gardiens, mais le jeune elfe venait de l’inviter à ses cotés pour continuer d’apprécier ensemble le vin si gentiment offert. Estel lui répondait d’un sourire, cela faisait si longtemps qu’on ne l’avait pas invité qu’elle ne pouvait refuser et puis la nuit était à moitié entamer elle avait le temps pour rentrer car personne ne l’attendait. Ainsi, une fois avoir posé son verre sur le comptoir, elle sautait de nouveau au dessus de celui-ci, puis elle s’assit près de l’elfe aux yeux émeraude. S’accoudant vers elle enfin de mieux la voir, Estel comprenait qu’il voulait discuter, elle fit alors de même reprenant son verre, elle avalait de nouveau une petite gorgée, tout en profitant de l’occasion pour mieux le regarder.

Il était joliment habillé, simple mais avec beaucoup de gout, son armure fine mais magnifique d’un bleu presque blanc, lui donnant plus de pureté, ses cheveux blond parfaitement posés sur ses épaules, dont une partie attachée vers l’arrière laisser retomber des mèches suivant parfaitement son visage d’ange. Cette armure laissait paraitre une musculature parfaite, il n’était pas un elfe des bureaux, il prenait soin de lui, ce corps était pour Estel parfait, il était l’un des plus bel elfe qu’elle est pu voir dans sa vie. Ce mâle représentait parfaitement la pureté et la beauté des elfes, que faisait il dans un tel endroit, buvait il pour oublier une mauvaise nouvelle où avait prit gout de boire chaque soir ? Il lui fit une petite révérence tout en restant assis et il se présentait enfin à Estel.

Alors il était bien celui à qui elle pensait, Ayliän le chef, celui dont les gardes avaient annoncé la fête dans une des taverne, elle était donc en face d’un elfe de haut rang, bien connu dans la citée, le gardien de la nature, pourtant elle ne l’avait jamais vu dans la foret, un tel elfe elle l’aurait forcément vu, elle l’aurait interpelé, où peut être faisait elle tellement bien sa passion qu’il se disait que pour lui la foret était parfaite ? Cependant il enchainait très vite une question surprenante, la plus de doute, il voulait discuter avec Estel, mais que lui dire ? Qu’elle était l’elfe banni, celle qui se donne aux autres races, la connaissait elle de prénom ? Son père était un haut elfe, ses frères de grands forgerons de la citée, son nom devait être connu, mais connaissait il la fille unique de la famille ? Elle s’éclaircit la voix pour lui répondre aussi poliment qu’il l’avait fait, il était très respectueux, il plaisait beaucoup à Estel, qui de ce fait se dit qu’elle n’avait pas le droit de lui mentir.

Je suis Estel, Estel Varno va in Cala, protectrice de la nature à mon compte.

Elle lui souriait en se rapprochant un peu plus de lui, elle posait ses pieds sur la barre du tabouret d’Ayliän, le droit le plus près du bar, le gauche entre les deux jambes de l’elfe, elle avait rougit de ce qui venait de lui dire, peut de gens lui disait qu'elle était belle, elle n'en avait pas l'habitude mais cela lui avait fait beaucoup de bien.

Merci du compliment, ma beauté et comme tout ceux des elfes et donc comme la votre magnifique, bien qu’il y en est de plus beau que les autres mais vous en faites toujours parti.

Il ne cessait de la regarder dans les yeux, elle ne pouvait détacher son regard du sien, ce vert si pur et si beau, il était à tomber, les émeraudes avaient le droit d’être jalouse et de désirer cet homme comme beaucoup de femelle devait le faire dans cette citée, lorsque cet elfe se promenait dans la citée, toutes les elfes devaient murmurer et vénérer sa beauté, Estel connaissait alors la chance qu’elle avait de l’avoir en face de lui, bien que l’alcool devait aider certainement cet elfe à parler à Estel, elle en était certaine.

Et bien que pourrais je vous dire ………..? Je suis une elfe solitaire……………., je n’aime pas la ville et ses sourires de politesse………………, elle riait de ses propres mots, j’aime venir ici la nuit, ça évite de rencontrer des hypocrites……………………, je déteste le mensonge…………………., raison pour laquelle elle lui avait dit la vérité, j’aime voyager en pleine nature…………………………………, je suis quelqu’un de direct et qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense, de nouveau elle laissait un silence s’approchant un peu plus de lui, elle était à présent très proche du bord de son tabouret, le dos droit légèrement vers l'avant.

Raison pour laquelle je vais vous dire en tout bien tout honneur que......

Elle but une petite gorgée de son verre fermant les yeux pour mieux l’apprécier et ne pas être dérangé par ceux se trouvant face à lui, puis replongeant son regard dans le sien afin de ne pas perdre une autre miette de cette beautée époustouflante.

Que vous êtes d’une beauté inégalable et que vos yeux sont d’un vert des plus troublant mais les plus magnifiques qu’il met été de voir, voila pourquoi je ne l’ai lâche pas des yeux !

S’il avait été son mari, où son petit ami, elle lui aurait sauté dessus avec des yeux et un regard pareil, elle aurait posé ses mains sur les cuisses de celui-ci, se collant totalement à lui en descendant de son tabouret, elle lui aurait demandé de l’emmener au septième ciel, mais il n’était ni Warren, ni Drack, alors elle restait sagement assise attendant à son tour les réponses qu’elle allait lui demander, si toutefois il le la quitterai pas en reconnaissant son nom.

Et vous Ayliän que pouvez vous m’apprendre de vous, mise à part que cette fête est en votre honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Douce mélodie...   Une soirée enivrante... EmptyJeu 31 Mar 2011 - 15:11

Les cadences de son cœur se mirent à battre plus fort encore à la voix de la jeune guerrière, s’approchant doucement de lui, imposant sa présence à Ayliän, plongé dans son regard envoutant. Ses yeux ne faillirent pas, restant accrochés à cette nature luxuriante qu’offrait ceux de la belle Estel. Son regard permettait à Ayliän de s’engouffrer en pleine nature, traversant quelques verdures, sautant au-dessus de petits ruisseaux avant d’atteindre son âme.

Elle s’appellait Estel, Estel Varno va in Cala, un nom qu’Ayliän ne connaissait que peu, un amour meurtri, une réputation défigurant une si jolie fille, des jugements subjectifs. Le Gardien n’était pas de ceux à juger les gens qu’il ne connaissait, pacifiste au grand cœur, il se voulait être juste et bon sans pour autant être naïf. Ecoutant la douce voix d’Estel, admirant les quelques ruisseaux ornés son regard, il n’avait de cesse de penser qu’elle ne méritait pas ce qu’elle se devait d'encaisser chaque jour. Lorsqu’elle rougit, Ayliän lui sourit tendrement sans dire mot, la laissant l’entraîner dans sa vie. Elle semblait tant hésiter en racontant sa vraie nature, ayant certainement peur de le décevoir, ce qui dans un sens l’attrista quelque peu. Elle s’approcha de plus en plus a-tel point que l’elfe se demandait si elle n’allait pas finir par tomber.
Pourquoi se rapprocher si prés de lui, il ne le savait mais dans un sens, il le désirait lui aussi.

Ses paroles furent alors sincères, douces et sans failles au contraire de ce qu’elle avait montrait jusque là. Ayliän se mit à rougir maladroitement, il porta sa main gauche à sa nuque, faisant une petite moue embarrassée. Une question lui fut alors destinée mais avant d’y répondre, il espérait reprendre les dires de la belle elfe. S’immisçant plus intensément à son regard, il lui offrit un nouveau sourire pour la rassurer sur ses opinions.

- Croyez-moi, vous êtes bien plus belle que vous ne le pensez.
J’étais moi aussi un elfe solitaire, mais mon nouveau poste me l’interdit à présent, ce qui n’est pas plus mal dans un sens, sinon nous ne nous serions jamais rencontré vous et moi.


Il laissa quelques secondes de silence, lui permettant alors d’être attentif au doux son que l’orchestre semblait jouer, un air apaisant bien qu’un tant soit peu rythmé.

- Le jour est aussi apaisant que la nuit en la cité d’Ardamir, ne dite pas cela. Les cris des enfants à travers les ruelles, les oiseaux qui chantent à la beauté de la contrée, les hurlements des vendeurs de fruits et légumes, le sentiment de faire partie d’une grande famille au milieu de cette foule, le sentiment de ne pas être seul, Estel.

Au même moment, Estel trébucha de son tabouret sur Ayliän, posant ses deux mains à ses cuisses alors que le Gardien la rattrapa en souriant.

- Vous n’êtes pas seule, Dame Estel.
Et ce n’est pas un mensonge.


Il l’a redressa délicatement sur son siège et lu sourit pour éviter qu’elle ne s’excuse, elle n’en avait pas besoin. Il prit son verre de vin et bu une gorgée avant de reprendre la discussion, avant de reprendre sa vertigineuse ascension à ses yeux tout en prenant un air plus sérieux.

- Vous étiez là… à la mort de feu Drack Longshadow.. c’était vous n’est-ce pas… l’histoire de sa mort m’a été contée étant plus jeune.
A part cela, je ne vous connais que très peu, les gens vous jugent alors que l’amour vous guident… c’est injuste.


Il se détacha de son regard et parcouru la salle de l’auberge, visualisant l’orchestre au fond, l’un jouer de son luth merveilleusement bien, à en croire qu’il devait certainement connaître le musicien fantôme de la plaine infinie. Un autre jouait de sa flûte accompagnant alors celui à la harpe courbée. Les trois musiciens se mirent alors à bercer le cœur d’Ayliän de leur mélodie et il s’aperçu qu’un espace vide trôné en face de ceux-ci.

Il fit un petit sourire bien que très maladroit et se leva de son siège, faisant face à la belle Estel, il reprit ses mots.

- Que pourrais-je bien vous dire sur moi à part que tout ceci semble être lié à mon départ. Demain, je partirai bien loin de ces terres pour un bien long voyage guidé par le destin. Je ne suis pas meilleur qu’un autre, je ne suis certainement pas le plus fort non plus et j’ai sans doute bien des défauts par rapport à beaucoup… mais mon cœur n’a de cesse de contempler la grandeur d’Evanya, me donnant le courage nécessaire pour y préserver la paix. Je me dois de lui rester fidèle même si cela me demande de m’en éloigner.

Se tenant avec assurance face à la jeune elfe, il prit un air bien moins enjoué bien qu’emplit de fierté et s’immisça de nouveau au regard de celle-ci.

- Je ne suis pas un grand danseur… je ne pense pas savoir danser, en faite… mais je sais que ma dernière soirée se passera avec vous et en compagnie de mes semblables. Alors… je ne vois pas pourquoi je me refuserai de vous le demander.

Il tendit sa main à la jeune elfe tout en étreignant du regard le sien, espérant que celle-ci la prenne à la suite de ses mots.

- M'accorderiez-vous cette danse?

L’orchestre jouait une douce mélodie depuis quelques temps maintenant, bien plus calme et reposante que les autres, apaisant ainsi les âmes égarées dans l’alcool, laissant les couples s’imprégner plus facilement à l’amour et permettant aux autres de goûter à la douceur enivrante de l’ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyJeu 31 Mar 2011 - 21:20

Il avait rougit à son tour, embarrassé certainement par les compliments d’Estel, compliments qui sortaient droit de son cœur, ils étaient réels, cet elfe était l’un des plus beaux de la citée, elle n’avait aucun doute ! Elle n’avait pas crié tout ça sur les toits, raison pour laquelle elle s’était approchée, c’était des murmure non une discussion de vive voix. Elle le laissait lui répondre, il était heureux de cet rencontre tout comme elle, c’était un honneur de parler à l’un des elfes du haut conseil, le gardien de la nature. Un orchestre improvisé venait de faire apparition dans la taverne, le rythme n’était pas encore trouvé, mais la musique s’installait doucement à se mettre en place, mais de nouveau le jeune elfe reprenait la parole, elle l’écoutait alors plus que le reste.

Ce qui lui dit venait de la toucher mais pas dans le bon sens, un sentiment de haine venait d’envahir son cœur, certes la citée était rayonnante en plein jour, elle aimait entendre les enfants rire, le plus souvent elle se collait contre les murs des remparts de la ville, écoutant ces cris de joie et de tendresse car il n’y avait que là qu’elle n’entendait pas ces choses sur elle. Ces petits lui remémoraient son propre fils perdu il y de cela des années, ils auraient pu vivre ici, grandir avec eux, s’amuser, mais les elfes sont si cruel avec ceux qui sont différents, raison pour laquelle Arthur avait grandi seul avec ses parents et qu’à cause de cette bêtise, il fut volé et tué sans qu’elle ne put le défendre. A cette pensée, Estel voulait partir, les larmes commençaient à envahir le bas de ses yeux, ceux qu’elle cachait à présent à l’elfe en les fermant. Elle n’eut pas fait attention à sa descente et la chute fut faite, elle eut cependant un bon réflex, ouvrant ses yeux, elle posait ses mains sur les deux cuisses du protecteur, laissant un léger pardon sortir naturellement, elle se serrait dégagé très vite s’il ne l’avait pas attrapé au même moment.

Seule, ne pas être seule, si elle l’était et ça depuis des années, ses frères comme ses amis lui avaient demandé de revenir vivre avec eux dans la citée, mais les cris des elfes ivrognes sous sa fenêtre lui demandant des choses horribles où la traiter de tous les noms, Estel avait tenu sept semaines, laissant ses frères la protéger, montrant qu’elle n’était pas tout ce qu’on racontait sur elle, mais les femmes n’avaient pas confiance, les hommes en profitaient et ce fut un cauchemar pour notre herboligiste. Elle était donc reparti dans sa nature, là bas il n’y avait pas de jugement, ni c’est mise à bas, elle était seule, certes cela ne lui plaisait pas, mais l’a au moins on ne lui tirait pas dans le cœur. De nouveau sur sa chaise, le sourire de l’elfe devant elle, la musique commençant enfin à se rapprocher d’un rythme mélancolique, il venait de lui dire avec beaucoup plus de sérieux, ce qu’il savait d’elle. Ses parents devaient être des gens très respectueux, Ayliän n’avait eut que la partie gentille de l’histoire d’Estel.

Elle n’eut pas le temps de repenser à son amant, il prenait la parole pour lui en apprendre plus sur lui. Ainsi il quittait donc les terres elfiques pour un genre de long pèlerinage, comment un elfe aussi pur pouvait partir seul dans des contrées si dangereuses ! Estel avait connu deux grandes races de par ses relations, les vampires, les plus dangereux de tous, silencieux et meurtriés, si un vampire vous désirait, il était très rare que vous soyez encore en vie le lendemain, sauf si un autre vampire venait à votre secours où si vous étiez deux pour vous défendre contre eux. Dans le cas d’Estel, c’était le premier qu’elle avait vécu, recevant alors en plus de la protection, un amour exceptionnel et magnifique, des années fantastique avec un homme d’une énorme bonté, qui avec cet amour avait beaucoup changé, de cet amour, un petit être était né : Arthur. Oui les vampires étaient diabolique, la mort de ces deux hommes lui avait prouvé, la deuxième race la plus dangereuse était alors les loups garous, ils vivaient avec eux lorsque Warren était encore en vie, eux les vampires ils ne les craignaient pas, ils allaient les chercher, ils adoraient les batailles avec ces monstres, voila pourquoi ils étaient une race dont ils faillaient se méfier, bien qu’une fois encore l’un d’entre eux lui avait montré un amour fantastique et magnifique.

Il se disait ne pas être un grand danseur, Estel adorait la danse mais la dernière remontait si loin, Warren était un danseur exceptionnel, il aimait emmener sa femme dans de grand bal, surtout chez les elfes, lorsqu’ils arrivaient sur la piste, tous s’écartaient, tellement leurs danse était fluide et légère, il aimait l’amener là, car au départ ils entendaient les moqueries et les dégradations mais une fois sur la piste, ils entendaient les louanges et les acclamations du public, il faisait tout ça simplement pour voir sur les lèvres de sa femme, le plus beau des sourire, il venait d’ailleurs d’apparaitre sur le visage d’Estel grâce à ce merveilleux souvenirs. Entendant la proposition du bellâtre, elle se levait de son tabouret, saisissant la main d’Ayliän, elle le fit tournoyer en posant une main sur ses hanches et l’autre fermement dans cette qu’elle venait d’attraper, se collant au plus proche de l’elfe elle lui glissait dans l’oreille.

Le tout est de me faire danser, vous n’avez donc aucun défaut ? Peu d’homme oserait inviter une femme sur une piste aussi vite, surtout une elfe avec autant de rumeur?

Alors qu’elle se laissait au mouvement qu’il voulait bien lui donner, il ne se débrouillait pas si mal que ça, elle vit alors son amie sortir rejoignant son mari en lui faisant un petit signe de main, elle l’a voyait murmurer quelque chose à Lucio, elle n’entendait pas vraiment avec l’orchestre qu’il y avait autour d’eux. La seule chose qui fut audible c’était :

…….. .Elle l’aime tellement……..

Ne comprenant pas de quoi ils parlaient, elle se laissait faire et alors qu’elle allait continuer leurs conversations, un bruit de piano venait de la surprendre, la patronne allait jouer un air avec ce piano caché derrière le bar, les trois musiciens s’arrêtaient et au première note Estel frissonna, Ayliân avait du le sentir, son amie était entrain de lui jouer sa chanson, celle qu’elle adorait et ou Warren aimait la faire danser, encore et encore.




Une larme, celle qui n’était pas sorti tout à l’heure prenait alors sa place, glissant sur la joue d’Estel et touchant celle d’Ayliän étant collé à lui. Sachant qu’à présent il savait qu’elle pleurait elle se devait de lui expliquait, dans un calme et un ton de voix simple elle commençait :

C’était ma chanson……………….., mon mari me faisait danser la dessus……………………….., oui j’ai été marié …………………………il se nommait Warren et c’était un vampire !

Elle les laissait sortir, ces larmes qui ne coulaient que rarement, elle avait besoin d’être dans les bras de quelqu’un de temps en temps, là elle n’avait pas à rêver mieux, elle était dans les bras de l’elfe le plus beau de la citée.

Un mari vampire, un amant loup garou, pensez bien que les murmures sont méchant alors que comme vous l’avez dit, il n’y avait que de l’amour, des amours non digne de la race elfique.

Marquant de nouveau une pause, elle détachait son visage de celui d’Ayliän, laissant ses dernières larmes quitter ses yeux pour caresser ses joues, elle replongeait son regard dans celui d’Ayliän, essayant de sourire au mieux malgré ces larmes.

Oui vous avez raison, les rires des enfants sont magnifiques et redonne de la joie dans mon cœur, lorsque je suis cachée du regard des autres, les oiseaux me bénissent de leurs chants dans ma maison isolée, les hurlements des vendeurs cachent la méchanceté non caché des habitants, quand à cette grande famille, elle ne m’a pas accepté et pourtant j’ai essayé, mais je reste la trainé, celle qui n’est pas digne d’être une elfe, celle qui à été souillé par les autres races, elfes impures, alors que je n’ai fais qu’aimer ceux qui m’ont donné leurs amours.

La musique venait de finir et Estel remerciait d’un signe de tête son amie, le groupe reprenait ses instruments, elle n’avait pas quitté les yeux émeraude de l’elfe, toutefois, elle sentait les regards sur eux, les gardes ne disaient rien, bien trop joyeux lurons pour ça, mais les autres couples, elle les entendait « crois tu qu’elle va se faire notre protecteur de la nature ? » « Qu’elle trainait venir ici pour se servir qu’elle honte ! », ne voulant pas vexer son danseur, elle le remerciait à son tour.

Vous êtes témoin, je n’ai rien fais de mal, mais c’est ainsi tout le temps, je vous gâche votre soirée, j’en suis désolée, je vais partir ainsi il n’y aura rien sur vous, je ne voudrais pas salir votre réputation, j’ai été très contente de vous connaitre et de vous rencontrer Ayliän Faën. Toutefois faites attention à vous, les autres contrées ne sont pas toujours très accueillante, si vous passez par la foret criez mon prénom je viendrai vous voir et vous aider si vous le voulez, au revoir.

Elle aurait voulu déposer un baiser sur la joue de celui-ci mais ça serai mal vu, alors elle allait simplement détacher ses mains de lui, retirant en tout dernier ses yeux des siens, oui elle devait partir en avait elle envi ? En avait il envi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Au rythme des pas...   Une soirée enivrante... EmptyVen 1 Avr 2011 - 19:43

Son corps fut prit en esclavage lorsqu’elle saisit sa main, faisant tournoyer Ayliän sans qu’il n’y comprenne quelque chose, prouvant qu’elle avait bien plus de talent que lui à cet art si subtile. La danse n’avait jamais été l’une de ses préoccupations premières, le combat et l’honneur prônaient bien trop dans son esprit pour y goûter réellement. Pourtant, à cet instant bien précis, lorsqu’ils se déplacèrent en direction de la petite piste de danse, lorsque sa fine main enroula sa taille, prenant par la même occasion l’autre, l’enlaçant entre ses doigts… lorsqu’elle colla son corps contre le sien, imprégnant leur chaleur corporelle l’un à l’autre, mélangeant leur odeur naturelle dans un ballet des plus étreignant… Ayliän désirait plus que tout s’initier à la danse. Souriant aux dires de la belle elfe, il ne répondit que par un simple sourire tout en la regardant dans les yeux avant de coller leur joue l’une contre l’autre, les faisant glisser doucement, frôlant leur peau si pâle, touchant du bout de leur commissure la joue de l’autre, balançant leur corps doucement au rythme de la mélodie.

Ayliän souriait timidement, s’aimant à cette union enivrante, ressentant la chaleur d’Estel parcourir son corps, repoussant bien des limites à celui-ci, prouvant une nouvelle fois que l’elfe s’aimait tant à l’ivresse euphorisante de l’envie et du savoir. Il fut alors une chose qu’il n’avait prévu, l’orchestre s’arrêta d’un souffle, Estel s’en suivit elle aussi… Un instrument bien étrange se mit à émettre quelques notes bien tristes, détournant le regard vers le bar, faisant par là même occasion valser Estel, il devait s’agir d’un piano, cet instrument que les hommes s’aimaient à jouer, venant certainement d’Oryenna. Il n’eu comprit et en sourit avant d’y sentir une sensation humide et tiède à sa joue… elle pleurait…

Elle se mit à lui parler doucement restant accroché l’un à l’autre.
Ses mots furent bien tristes, la mélancolie prit en otage le cœur de la jeune elfe, touchant le cœur du Gardien comprenant sa douleur. Son visage se détacha du sien malgré lui, les yeux teintés de rouge et de larmes marqua le jeune elfe désespérément à cette profonde tristesse qu’elle ressentait. La musique fut terminée, l’orchestre reprit comme si de rien n’était, mais tout changea pour Estel… sans qu’Ayliän n’y puisse faire quelque chose, soumis à sa mélancolie… attristé d’avoir échoué dans sa quête du bonheur universel.

Il ne fut pas longtemps pour que les dires de la jeune elfe prouvèrent sa raison lorsqu’autour d’eux les mots blessant tintèrent dans leurs oreilles. Les paroles de la jeune guerrière transpercèrent le cœur d’Ayliän, écrasant bien des espoirs, annihilant bien des sentiments. Elle se détacha de lui, se décrochant de ses mains et lui dit au revoir tout naturellement.

Ayliän se mit à penser à cette soirée, à cette rencontre, à son départ,… à toutes ces choses qui conditionnaient sa vie vers le bien ou le mal, vers la plénitude ou la confusion, vers le plaisir ou la douleur… vers quelque chose de plus beau. Il abaissa son regard vers le sol et releva celui-ci alors que la jeune elfe lui tourna le dos pour s’en aller. Il attrapa alors sa main et la poussa à l'aide de l’autre contre lui, la serrant passionnément contre son corps, il porta sa main libre et la posa sur la tête d’Estel afin de serrer son visage contre le sien et murmura quelques mots à son oreille.

- Alors soit, nous serons le couple de danseurs le plus tristement détesté de l'auberge.
Mais je me refuse à vous laisser partir... je n’en ai aucune envie…


Il détacha son visage du sien et posa tendrement ses lèvres à sa joue, tel un papillon se posant sur une fleur. D’un long et doux baiser, il goûta à l’une de ses larmes espérant partager sa tristesse avec lui, enlevant quelques douleurs que procurait cette triste goutte. Détachant ses lèvres de sa peau diaphane, il la serra une nouvelle fois contre lui et approcha ses lèvres de son oreilles en immisçant quelques mots.

- J’aurai aimé être le soleil pour sécher vos sanglots…
Dansez avec moi… ne vous privez pas… ne me privez pas de vous.


Enlaçant du bout des doigts ceux de la belle Estel tout en laissant sa main recouvrir une partie de sa chevelure pour coller son visage contre le sien, il se mit à faire quelques pas maladroits et dansèrent ensemble. Les regards d’autruis ne furent plus emplis de dégouts, admirant le couple danser, s’opposant à tout jugement, se disant certainement que le commandant Faën savait ce qu’il faisait, montrant un exemple d’impartialité et de pardon. Un couple d’elfes se leva et se mirent à danser sur la piste en compagnie d’Ayliän et Estel, s’en suivit alors quelques autres couples finissant par les encercler. Ayliän en sourit tout en étreignant la douce et sensible Estel, s’imaginant vivre le restant de sa vie à danser auprès d’elle, s’imaginant la rendre heureuse et sécher ses sanglots de baisers passionnels. Il reprit la parole tout en murmurant à son oreille.

- Le destin conditionne notre existence, il nourrit notre vie comme l’amour nourrit notre cœur.
Vous êtes ce que vous êtes et nulle autre pareille… les gens ne comprendront jamais vos souffrances, aveuglés par leur ignorance… et cela, il vous faudra le supporter tout au long de votre vie… mais à présent vous m’avez moi… et bien que je ne puisse vous comprendre pour tout, je vous aime pour ce que vous êtes maintenant. Ne changez pas, Estel Varno va in Cala.


Il se blottit contre sa joue, s’imprégnant de son odeur enivrante, caressant ses cheveux de blé, la serrant plus fort encore contre lui, rythmés par la musique, ses pas et les siens ne semblaient faire qu’un.

- J’aurai aimé vous rendre heureuse bien plus que vous ne l’imaginiez si j’en avais la possibilité.
J’aurai aimé vous défaire de vos chaînes d'antan bien que cela me soit impossible.
J’aurai aimé vous aimez, si mon cœur n’était prit.

Mais, en cet instant, je ne peux vous offrir que ma présence…

J’en suis désolé…
murmura t’il d’un léger tremblement dans la voix.

La musique ne semblait plus en finir, le temps s’était arrêté, bien qu’il avançait malgré les pensées du guerrier attristé. Attristé de partir… attristé d’une telle rencontre… bien trop éphémère à son goût. Alors, continuant à danser avec elle, il profita de chaque instant, de chaque secondes, fermant les yeux en souriant, les rouvrant ensuite revenant à la réalité avant de sombrer dans ses songes pour sortir une nouvelle fois de sa transe émotionnelle.

Voilà quelques heures qu’il était à la flèche dorée, une soirée enivrante comme il n’en avait jamais vécu ainsi auprès des siens, entourés de ses semblables, s’immisçant dans la foule tout en étreignant le doux visage d’une elfe meurtrie par son passé, se promettant de ne plus la lâcher jusqu’à la fin de la soirée.

- Nous finirons cette soirée ensemble, Dame Estel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptySam 2 Avr 2011 - 12:12

Blessé mais heureuse de sa rencontre avec un elfe si charmant, Estel avait fait signe à ses amis puis s’était dirigé vers la porte de sortie, sous les sourires narcissiques des autres, « elle n’a pas réussi », puis quelque chose touchait sa main, quelque chose de chaud et de doux, de très doux, quelque chose qu’elle venait de quitter il y a deux secondes, la main d’Ayliän, s’en rien comprendre, elle était de nouveau collé à lui, faisant taire les murmures autour d’eux. Leurs visages de nouveau l’un contre l’autre, il lui glissait de nouveau des mots de bonheur dans le creux de son oreille, lui redonnant un léger sourire. Elle fut choquée par une chose légère et douce, rempli de joie qui venait de se poser sur sa joue, elle venait de gouter à ses lèvres et elle en était gênée.

Elle rougissait quelque peut, elle n’était pas habitué à temps de tendresse depuis des années, enfin elle avait eut il y a peu de temps un sauvetage d’un humain, qui lui avait par la suite donné la douceur, les caresses et les baisers oubliés jusque là, mais Estel s’était refusé à lui, elle avait peur de le perdre, peur de perdre un nouvel amour, car même s’il vivait vieux, il était humain et elle le perdrait quoiqu’il arrive, alors elle était encore remplit de doute envers Victor, avait elle envi de connaitre de nouveau le bonheur durant des années pour finalement revivre une tristesse de plus ? Ne devait elle pas se refuser à lui, pour ne pas subir un nouveau coup de poignard ? Elle n’avait toujours pas de réponse à lui donner, elle ne savait toujours pas elle-même ce qu’elle devait faire, ce qu’elle savait c’est qu’elle devait profiter du moment présent, apprécier cette danse qui lui manque tant, apprécier les mots doux d’Ayliän, apprécier les murmures disparu envers elle, pour une fois, une seule fois elle était dans la citée et il n’y avait plus une seule méchanceté envers elle, de nouveau ce grand sourire sur ses lèvres, elle se sentait bien. S’il n’avait pas eut ces grandes oreilles, ces cheveux blond et qu’il serait un peu plus musclé, Estel aurait pensé danser avec Warren, bien que les faux pas maladroit de son danseur lui aurait donné la vérité, de nouveau elle eut des murmures à ses oreilles, peut être n’aurait elle dut pas les entendre.

Elle prit peur, peur de cet amour qu’il lui donnait, elle n’en voulait pas, elle ne voulait pas d’un amour de pitié, « vous m’avez moi », pourquoi ? Avait-elle besoin de lui ? Lui avait il dit cela par pitié pour tout ce qu’elle venait de lui dire où était il sincère ? Soudain, un autre mot la fis bondir, elle aurait voulu se détacher de lui « je vous aime », non elle ne voulait pas recevoir cet amour qu’elle n’était pas prête à supporter de nouveau, elle voulait se dégager de lui, mais ne voulait pas lui faire de mal, il la tenait tellement fort, elle se serrait dégagé en moins de deux secondes mais elle lui aurait fait mal et bien que ce qu’il venait de lui dire lui faisait peur, elle n’avait pas besoin de lui faire du mal, il ne le méritait pas. Elle attendrait alors qu’il se détache d’elle pour lui dire qu’elle ne voulait pas d’un nouvel amour, mais d’un ami oui ça elle en avait besoin. Heureusement sa peur disparue avec les prochains mots qui glissaient dans ses oreilles. Elle sentait ses mains glisser dans ses cheveux, il commençait à connaitre les pas de leurs danse. Comme si tout était prévu, l’orchestre changeait de musique à cet instant même, rendant ces mots encore plus touchant.



- J’aurai aimé vous rendre heureuse bien plus que vous ne l’imaginiez si j’en avais la possibilité.
J’aurai aimé vous défaire de vos chaînes d'antan bien que cela me soit impossible.
J’aurai aimé vous aimez, si mon cœur n’était prit.

Mais, en cet instant, je ne peux vous offrir que ma présence…

J’en suis désolé…


Contrairement à ce qu’il pouvait penser, pour Estel s’était un soulagement, certes il était beau et irrésistible, elle en serait tombé amoureuse si elle n’avait eut toute ces peines amoureuses dans sa vie, n’importe qu’elle femme aurait succombé à cet elfe si doux et si charmeur, cet elfe qu’elle avait dans ses bras et qui lui avait ensoleillé sa nuit pour quelques jours certainement. Elle se sentait bien à présent, soulagé de ces aveux, elle glissait à présent une main dans ses cheveux d’or la faisant glisser doucement, l’autre elle était posé dans la dos de son compagnon d’un soir, le serrant de nouveau contre elle. Sa voie avait tremblée, il était donc sincère, oui tout ce qu’il venait de lui dire n’était pas un mensonge, cet elfe parlait avec son cœur tout comme elle, s’était si rare de nos jours, elle espérait que celle qui avait gagné son cœur en était consciente et qu’elle prenait soin de lui comme il le méritait, elle avait beaucoup de chance cette elfe, oui elle avait un homme formidable, lui promettant de finir la soirée ensemble Estel lui montrait sa joie en déposant à son tour un baiser juste en dessous de son oreille. Pendant quelques minutes, il n’y eut pas un mot, ils dansaient tout simplement, puis voulant lui donner ses pensées elle lui glissait à son tour.

Je n’aurais pas su quoi faire de votre amour si vous me l’aviez donné, car je n’y suis pas préparé, mais votre amitié me ferait une joie et un honneur immense, car j’en ai besoin et je n’en reçois pas. Vous êtes le plus formidable des elfes que je connais, après mes frères bien sur !

Elle riait de ce qu’elle venait de dire, ses frères étaient tout pour elle, ils étaient des elfes des plus nobles, leurs femmes n’avaient pas à craindre les autres femmes car ils ne poseraient pas leurs mains sur elle, un regard simplement mais pas de geste déplacé, ils aimaient bien trop leurs choix pour s’en défaire, certains étaient encore célibataire mais même eux ne s’étaient donné à la joie du plaisir charnel, il n’en avait même pas le gout et n’en voulaient pas, se gardant pour la personne de leurs vies. Elle reprenait ses esprits avec un air plus sérieux cette fois.

Je vous demande votre amitié, Ayliän Faën, mais n’oubliez pas que la mienne sera dur à porter et que votre femme pourrait en être touché et meurtri, je comprendrais très bien que vous la refusiez, dans ce cas nous finirons cette soirée ensemble puis nous partirons chacun de notre coté sans plus jamais nous revoir.

Elle s’attendait à la pire des réponses, le voir partir sans plus jamais sentir son odeur proche des roses, toucher ses cheveux doux comme de la soie au couleur d’or, être dans ses bras ou elle se sentait protégé et heureuse, cette réponse serait difficile mais elle s’y attendait, car sa femme serait blessé par cette amitié que beaucoup donnerait ici comme une aventure charnelle, lui aussi aurait sa réputation anéanti et elle ne le voulait pas, il était bien trop respecté ici pour confier son âme à Estel, elle ne prenait conscience, le regardant de nouveau dans les yeux et répondant à sa place.

Non, ne soyons ami que d’un soir, car ce soir vous portera déjà de grand préjudice, vous avez choisi la mauvaise cavalière, j’aurais dut tout vous refuser, mais comment dire non à des yeux si beaux, je…
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Une promesse...   Une soirée enivrante... EmptyMer 6 Avr 2011 - 23:50

La danse devenait plus intense au fil des secondes, les couples dansèrent ensemble, s’enlaçant, se lovant de tendresse, se couvrant de baisers discrets. Chacun dans sa petite bulle, ne faisant plus guère attention aux autres, prisonnier dans un monde bien plus vaste, un monde idyllique. Les mots de la belle elfe firent sourire Ayliän, le visage posé à sa joue, elle semblait sourire aussi à sentir sa joue se contracter contre la sienne. Elle ne semblait comprendre le Gardien, pensant faire du mal à son image de sa présence, pensant blesser une jeune elfe qui n’existait pas, pensant bien trop toute seule…

La belle Estel se redressa et s’immisça à travers le regard émeraude du Gardien, prononçant quelques mots qui firent sourire une nouvelle fois Ayliän. Elle semblait en dire de trop, s’acharnant à se faire mal à elle-même, ayant honte de cette image qu’elle traînait. Ses mots furent si sévères et tristes qu’Ayliän l’arrêta aussitôt.

Le baiser fut long et langoureux, ses lèvres prirent une tournure bien différente lorsqu’elles se posèrent sur les siennes, enlaçant Estel contre lui, continuant à danser à travers l’inconnu. Quelques secondes passèrent avant qu’il ne rouvre les yeux, abandonnant lentement ses lèvres des siennes reliées par un fin filament qui se rompit…

- Ceci est une promesse… un jour, nous nous reverrons, soyez en sûr.

Il ne savait si cela était de l’amour, mais il pensait bien faire, étreignant la belle elfe, espérant la rendre plus heureuse. Il détourna le visage vers les autres couples tout en restant accolé à Estel et déposa son regard dans le sien en souriant.

- Regardez nous... je ne cesse de vous contempler en espérant vous revoir dans un lointain futur et vous vous obstinez à m’y refuser ce droit…
Mon cœur est bien prit, mais ce n’est pas comme vous l’entendez, je n’ai personne et je considère cela comme une bonne chose.
C’est à Evanya que mon cœur appartient… il est prit sans pour autant appartenir à personne.


Le faite est que depuis la proclamation d'Ezëkielle au poste de la seconde prêtresse, Ayliän n'avait rien fait pour rester avec. Tout comme pour Kurata, il se refusa à l'amour pour la simple et bonne raison de ne pas les faire souffrir de par son devoir en tant que Gardien et émissaire d'Evanya. Etait-ce une malédiction? Sacrifiant sa vie pour préserver l'amour de tous sans jamais pouvoir y goûter réellement, était-ce là le prix à payer au nom de la contrée elfique. Si cela permettait d’alimenter la paix en Evanya, alors il en paierait le prix toute sa vie avec fierté.

Ses lèvres prirent alors une tournure dramatique, ses pensées furent sous l’emprise d’une blessure que nul autre pareil ne pouvait connaître.
Ses yeux se mirent à vaciller au vert clair étincelant de par cette émotion.

- J'aspire profondément à être à vos côtés, malheureusement cette vie n'est pas la nôtre...
Alors... j’attendrai et je vous retrouverai...


Ayliän regarda discrètement les alentours, personne ne semblait plus se soucier d’eux, tandis que les gardes se chamaillaient à divers jeux de table, verre de vin à la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyVen 8 Avr 2011 - 11:41

Elle fut stoppé dans sa phrase par le baiser de l’elfe aux cheveux d’or, que faisait il, une nouvelle fois l’envi de le pousser, de se débattre, pour retirer le corps de l’inconnu du sien, mais ce baiser était si tendre et si doux, il lui faisait tellement du bien, pourquoi diable avait il fait ça ? Il venait de lui dire que son cœur était prit, « qu’elle » avait comblé son cœur, qu’il n’y avait pas de place pour elle, puis pendant qu’elle appréciait le contact de ces lèvres contre les siennes, elle se remémorait les phrases qui lui avait dit jusque là.

« en cet instant, je ne peux vous offrir que ma présence » « nous finirons cette soirée ensemble », elle venait de comprendre, les humains utilisaient se stratagème afin de finir la nuit avec la dame en question, d’abord il l’a consolait où la draguer ouvertement, lui il avait fait les deux, après s’être approché et sur qu’il plaisait à la belle, il lui sortait le baratin habituelle, qu’il était marié mais qu’elle était la femme de sa vie, la plus part du temps la femme ne résistait pas et passait la nuit avec l’homme qui heureux avait enfin réussi ce qu’il avait en tête. Lui il avait comme avantage les rumeurs sur Estel, elle était soit disant une femme facile, il n’allait pas être déçu de la réponse. Il retirait enfin ses lèvres de celle d’Estel, avec un petit sourire qui l’a dégoutait à présent, mais ses yeux étaient toujours troublant.

Le revoir, la elle n’en avait pas envi, n’en avait plus envi ! Un lointain futur où cette nuit ! Il avait bien joué son jeux, elle avait eut raison de mettre des barrières et de ne pas se donner à lui comme l’aurait voulu son corps, elle allait lui donner une gifle, oui sa main s’était décroché de la tête d’Ayliän et elle alors qu’elle allait prendre de l’élan pour lui faire plus de mal, une nouvelle phrase la troublée. Il n’avait pas de femme, pas une personne à aimer, non il aimait sa terre, comme elle aimait sa foret !

Comment c’était possible, il lui ressemblait tellement, elfe solitaire dévoué à sa terre natale, ne voulant pas la quitter et la connaitre dans les moindres recoins, c’est ce qu’elle avait fait perdant ces deux cents ans où elle avait vécu seule, ainsi elle avait récolté des plantes rares, vu des contrées magnifiques, reportant le tout sur plusieurs livres, toutefois elle ne pouvait partir plus de deux semaines loin de sa maison, ça lui était impossible, ses souvenirs elle ne voulait pas les perdre, cette maison avait été battis par Warren, elle était simple mais solide tout comme lui, la barrière de ronce tout autour avait réussi à pousser grâce à Drack et sa meute, pendant qu’elle poussait s’était eux qui avait protégé l’elfe et sa maison, cette parcelle de terre, bien grande pour une seule personne était son havre de paix, l’endroit où elle était le plus heureuse sur terre et elle n’arrivait pas à s’en séparer plus de quinze jours.

Comment un elfe si pure et tellement proche de sa façon de vivre pourrait jouer de son cœur ? Etait-il vraiment comme ces humains qu’elle détestait ? Oui si il y avait un classement des races qu’elle détestait, ce qui était sur c’est que les nains étaient plus aimé dans son cœur que les vampires et les humains, la dernière race avait des attitudes si dégradante ! Qu’elle honte de salir ainsi des femmes, de mentir, de se tuer pour un pouvoir inexistant ! Cet elfe ne pouvait pas être ainsi, comment avait elle pu y penser ! Il était si pur, mais ces yeux, ils venaient de changer de couleur, qu’avait-il ? Pas de doute il était sincère, il la désirait certainement tout comme le corps d’Estel, mais tout comme elle il n’était pas prêt mentalement à donner son corps à une autre personne que Evanya.

Elle connaissait ça, un humain l’avait touché il y a peut de temps, cet humain sur qui elle avait poser ses lèvres, caressé son corps nu, il lui avait déclaré sa flamme mais n’avait pas saisi le flambeau, ne voulant pas abandonner sa vie, ne voulant pas revivre un amour déjà perdu d’avance puisqu’il était humain et qu’il partirait tout comme les deux autres, bien qu’il ne lui avait rien demandé de tout ça, Estel voyait loin, très loin et cet elfe était ce que ses parents, sa famille lui aurait conseillé, il était l’elfe parfait.

Elle déposait alors délicatement ses deux mains sur les joues de l’elfe ramenant le visage de celui-ci droit, juste en face du sien, d’un revers de la main droite, elle lui caressait la joue, de son pouce gauche elle effleurait ses lèvres, elle était très sérieuse, le regardant avec plus de tendresse, il avait mal lui aussi, mais n’osait le montrer.

Je vous comprends Ayliän, la foret est ma vie, je ne pourrais me passer d’elle. Ce que vous allez faire c’est la rencontrer, apprendre à la connaitre, découvrir sa force comme sa faille, et vous allez revenir avec des merveilles pleins les yeux, je le sais car je l’ai fais moi-même, lorsque je me suis retrouvé seule.

Alors qu’ils continuaient de tournoyer de plus en plus lentement, Estel ne se souciait plus de ce qui pouvait se dire autour d’eux, ni même de ce que faisaient les autres, la musique aurait pu s’arrêter qu’elle ne l’aurait même pas entendu, elle était dans ses pensées, toutes ces choses qu’elle avait eut la chance de voir, toutes ces personnes qu’elle avait aidé, rencontré, connu, les différentes races de ce monde, les différentes cultures, la faune et la flore si différentes d’un kilomètre à un autres et ces paysages magnifiques encore vierge de toute civilisation, c’était la ces plus beaux souvenirs. Elle reprenait de plus belle.

Croyez moi, ce voyage sera une vrai source de bonheur, il m’a fallu soixante dix ans pour parcourir cette terre dans les moindres recoins et c’est avec ces voyages que j’ai vu ce qui me manquait, j’ai vu que je ne pouvais être loin de ma maison, de ma foret, de mon ancienne vie, grâce à Ephaëlya j’ai découvert ce qui était le plus cher à mon cœur voila pourquoi je me refuse de revenir ici, que j’aime vivre seule, ce voyage m’a ouvert les yeux, il m’a endurcit mais surtout il m’a montré ma force, j’espère qu’il fera de même pour vous Ayliän et là vous verrez ce qui compte le plus dans votre cœur, vers qui vont vos pensées, peut être que j’y serai où peut être pas, mais quoi qu’il arrive ma porte vous sera toujours ouverte quelque soit votre problème, qu’il soit physique où mental, je vous offre mon amitié Ayliän Faën et croyez moi très peu de gens le mérite.

Elle lui avait tout dit, elle serait la pour lui comme une sœur pour un frère, une amie fidèlee et dévouée, elle ferai tout pour le rendre heureux, s’il venait à lui demander de le suivre pour le début de son voyage elle irait, sachant que cela ne durerait pas car elle ne pourrait se séparer trop longtemps de sa terre, elle lui proposerait peut être qui sait, les terres voisines n’étaient pas de tout repos, le danger était si grand, même lorsqu’elle allait déposer des fleurs sur la tombe de son loup garou, elle prenait garde même si la meute la connaissait, il y avait toujours un loup mécontent et déshonoré de voir une elfe pleurait l’amour perdu sur quelqu'un de leurs races. Elle lui souriait voyant que ses yeux n’étaient toujours pas revenu à la normal.

Quand je verrai vos yeux couleurs herbes comme ils le sont en ce moment, croyez moi que je ferai tout pour les revoir briller comme les émeraudes des grands rois.

Elle se recollait à lui déposant un petit baiser léger sur les lèvres du gardien, il n’était pas aussi doux et long que le sien, simplement une fine dépose, comme un baiser timide, celui que l’on donne à son frère pour lui dire qu’on l’aime…elle était de nouveau devant son visage avec le plus beau des sourires, espérant revoir ces yeux éclatant
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Simple regard...   Une soirée enivrante... EmptyDim 10 Avr 2011 - 16:32

Le gardien s’accrocha à de sages paroles, Estel n’était ce que tous pensaient et pour le découvrir, il se fallait juste lui parler, s’ouvrir à elle tout comme elle le faisait à lui. Sa tendresse précipita Ayliän dans un bien grand gouffre, la chute n’avait de cesse de le plonger à travers son regard, elle-même semblait éprise aux siens, collant ses mains à lui pour échanger quelques douces caresses émotionnelles. Elle semblait tant le comprendre sans réellement le savoir de par ses mots, aimant la nature, vouant un amour à sa contrée, touchant Ayliän au plus profond de son être. Elle s’était dévouée à prendre soin de lui si un jour, il s’en revenait vers elle. Elle déposa un léger baiser à ses lèvres avant de s’étreindre contre lui une nouvelle fois. Le Gardien insista à la lover contre son torse, la serrant si fort contre son cœur, respirant son odeur enivrante, il sourit en repensant à toutes ces jolies paroles. Se redressant alors, ils s’étreignirent de nouveau à un ballet de bleu et de vert, offrant leur plus beau sourire, s’enlaçant l’un à l’autre, les yeux dans les yeux, se serrant tous deux corps contre corps tout en tournoyant lentement au rythme de la mélodie.

Il releva la main droite et la déposa délicatement au cou de la jeune elfe, l’enroulant de moitié tout en collant son visage contre le sien, laissant quelques doux baisers se poser sur sa joue. Ayliän caressa de sa joue le doux visage d’Estel, laissant glisser celle-ci par petites cadences, respirant plus rapidement tout en fermant les yeux pour goûter aux frissonnants délices qu’Estel semblait lui offrir. Il se mit à penser à une autre vie, s’il n’avait la responsabilité de protéger Evanya. Si seulement… il aurait vécu une bien belle histoire avec elle, une image idyllique, se tenant main dans la main un jour ensoleillé regardant quelques enfants courir à travers champs, émanant la joie de vivre de par quelques cris de bonheur… leurs enfants. Une bien jolie petite maison à la vallée des cascades, plus jolies que sa maisonnette en bois, offrant une bien plus jolie vue de la vallée au soleil levant... leur maison. Une bien jolie vie à ses côtés, un bien joli rêve à imaginer.

Alors tournoyant sur eux-mêmes, dans cette auberge tant réputée, ils ne s’arrêtèrent de danser, ne voulant se quitter. Esclaves du temps qui passe, les gens se mirent peu à peu à partir, d’ici quelques heures certains se remettront à travailler pour faire vivre leur petite famille, d’autres se réveilleront bien mal de par l’alcool ingurgité avec maladresse. Et d’autres encore reprendront leur vie, en essayant d’oublier ce qu’ils ne pourraient oublier, ayant vécus un amour mort-né le temps d’une soirée… tel qu’Ayliän et Estel.

Le gardien se détacha de son visage tout en la contemplant avec ivresse.

- Je ne souhaite en aucun cas être la cause de votre fatigue lorsque vous reprendrez la route, prenez soin de vous, Estel.
Nous devrions nous arrêter là, avant que l’amour ne vous loge dans mon cœur.


Il se détacha de la belle guerrière, abandonnant ses mains dans le vide, espérant qu’elle s’en aille sans un mot.

Depuis maintenant quelques minutes, les gens se mirent à quitter « La flèche dorée », certains étaient endormis sur les tables, d’autres finissaient leurs verres, les gardes n’étaient plus que trois dont un était affalé sur la table. L’orchestre ne jouait plus que de douces symphonies elfiques afin de malmener les esprits éveillés à la fatigue. Ayliän et Estel était le dernier couple présent sur la petite piste de danse, mais ils ne dansèrent plus, s’échangeant bien des sentiments par un simple regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptyMer 13 Avr 2011 - 10:48

Et leurs unions continuaient de danser délicatement sur la piste presque vide, les mains glissant de pars et d’autre de leurs corps, tout comme leurs visages, se posant sur l’épaule, se caressant de la joue, se regardant pour échanger la couleur de leurs yeux. Il était si…. Si identique à elle, il lui ressemblait tellement, mais il avait surtout la douceur de son Warren. Oui elle avait vécu deux amour si différent, Warren était protecteur, d’une douceur infini, avec lui elle avait vécu un amour fusionnel, rempli de passion et de douceur, ce qu’ils adoraient faire : danser, car il était un grand danseur, ils pouvaient rester des heures à se frotter l’un à l’autre, se couvrant de baiser et elle adorait ça. C’est ce que venait de lui offrir cet elfe, cet ange aux cheveux d’or et aux yeux émeraudes.

Avec son amant, c’était différent, un amour fougueux et sauvage, il lui avait donné des actes plus violent durant leurs échanges sexuels, il avait été l’exact opposé de son mari sur ce point, mais il y avait de la passion pourtant, tellement de passion l’un pour l’autre, elle n’aurait jamais dut le quitter, il serait certainement encore là en ce moment et elle n’aurait pas donné de nouveau son cœur à un autre. Depuis deux cents ans, elle s’était donné à d’autres hommes, l’envi sexuel ne pouvait se reposer pendant deux siècles, bien qu’elle n’eut jusque la qu’une quarantaine d’amant, elle n’en trouvait jamais un à la hauteur de ses espérances, trop rapide, pas assez doux, une mauvaise odeur, un mariage caché, oui elle en avait eut des déceptions, elle n’arrivait pas à revivre une passion comme avec les deux hommes de sa vie. Il n’y avait pas cette étincelle dans ses yeux, elle s’était donné à eux pour assouvir une envi sexuelle et non une envi dans son cœur, sauf que là c’était bien différent.

Cet elfe inaccessible soit il, lui avait fait beaucoup de bien, lui donnant les réponses attendues au bon moment, lui donnant la tendresse nécessaire à son cœur et son corps et il était si parfait pour elle. Un physique à rendre jaloux un forgeron, une beauté à faire rougir un troll (je sais c’est pas commun^^), des cheveux ordonnés qui en disait long sur sa façon de vivre, des yeux qu’elle ne retrouverait nul par ailleurs et une tendresse qu’elle recherchait comme la compréhension d’ailleurs. Si elle avait connu cet elfe bien avant et s’il lui aurait donné son cœur, elle se serait remariée elle qui s’était toujours promis que son seul mari serait Warren, avec lui elle aurait re-signé sans attendre. Il devait être perdu dans ses pensées lui aussi, sans doute sur le voyage qui allait commencer pour lui, les paysages magnifiques qu’il allait voir, ses pensées devait être bien loin des siennes, il ne devait certainement pas s’imaginer avec Estel et leurs vies de couple tranquille dans la nature.

Le contact se brisait mais cette fois elle sentait que c’était bien différent, il ne la reprendrait plus dans ses bras musclé, il ne la serrerait plus contre son corps recouvert par cet armure bleuté, tout aller s’arrêter là, car il ne lui proposerait pas de le suivre, que ce soit dans sa chambre pour un soir, que quelques heures dans la foret pour trouver sa route, non elle le voyait dans ses yeux, c’était difficile pour lui, elle le comprenait que trop car son cœur était brisé de le savoir déjà parti. Elle n’était pas fatiguée, elle était habituée depuis des années à dormir que très peu, quand à l’amour, le sien était déjà présent, son cœur entier battait la chamade et il allait se briser en reprenant la route. Elle ne voulait pas lui montrer les larmes qui allaient couler de son visage, elle lui fit un signe de tête pour ne pas rendre la chose plus douloureuse, si un mot serait sorti de sa bouche, il aurait entendu sa voix tremblante et aurait comprit ce qu’il venait de faire, il aurait peut être eut de nouveau pitié d’elle et elle n’en voulait pas. Elle le saluait avec un léger sourire, puis se dirigeait vers le bar, sautant par-dessus celui-ci comme à son arrivée, cependant l’homme à qui elle disait au revoir ne pouvait être trompé, il était un frère pour elle, un homme qui la connaissait que trop bien et il se souvenait que la seule fois ou il l’avait vu ainsi c’était à la mort de Drack, la ou son cœur venait de se briser une nouvelle fois. Sans dire un mot, il l’a prit dans ses bras afin qu’elle puisse faire tomber ses larmes dans le silence, il les sentait remplir sa chemise de cette eau salée, pouvant parfois être de joie, il savait qu’ici elle était pleine de tristesse, ce que venait de faire le gardien était une torture pour Luccio qui serrait sa sœur de cœur profondément, une discussion dans un murmure allait avoir lieu, bien que les elfes encore conscient dans cette pièce allait tout entendre comme le barman n’avait rien perdu eux discourt du couple d’un soir, mais Estel ne s’en rendait pas compte.

Si tu as besoin, ma fiole est là ainsi que la bonne bouteille de vin à moitié pleine, verse lui un dernier verre et tu sais que tu passeras la nuit dans ses bras comme tu le désires.

Cette fiole dont il parlait été une potion qu’Estel lui faisait, voulant plaire à sa femme, Luccio avait demandé à notre elfe si elle pouvait lui trouver un moyen de rendre le plaisir sexuel intense entre sa femme et lui, durant toute la nuit plutôt que quelques minutes, de là elle lui avait amené cette fiole, dont le liquide incolore et inodore, faisait des merveilles, le buvant à deux, leurs nuits étaient magique et une fois par mois ils s’en souvenaient avec de grands sourires. C’était cette potion qu’il voulait lui prêter, alors après un court instant Estel lui répondait la voie serrée toujours dans un murmure.

Non, il n’y a pas que son corps que je désire, il est ce que je recherche au complet Luccio, il est le nouveau Drack de mon cœur, il a su me charmer pour mieux m’évincer !

Alors prends ce que tu peux avoir, il a prit la chambre dans le couloir de droite, la porte de gauche, celle juste en face est libre installe toi y et avec ce liquide il te rejoindra en quelques minutes, alors ton cœur sera heureux pour une nuit, celui lui changera pour une fois d’être heureux.

Il ne sera pas heureux, le lendemain il sera pareil, il partira et je n’aurais eut qu’une nuit !

Mais au moins tu auras eut cette nuit là, qu’a tu as perdre, la de toute façon il va partir et tu n’auras rien, prends ce que tu peux prendre Estel, fait toi plaisir !

Il verser alors dans deux nouveau verre, le vin ouvert précédemment, glissant dans le verre de droite quelques gouttes de la fiole, sous les yeux d’Estel. Se dégageant d’elle, il essuyait d’un revers de l’index les yeux de sa sœur, bien que les larmes coulaient été visible sur la chemise de celui-ci et dans le rouge des yeux d’Estel. Elle prenait à présent le verre droit dans sa main droite et l’autre dans l’autre main, faisant à présent le tour pour amener le dernier verre à l’elfe, reprenant son souffle elle lui tendait le verre droit (avec le liquide^^) qu’il saisit, les verres n’avait qu’un fond, deux simples gorgées pour en venir à bout, mais c’était bien suffisant pour que la potion agisse. Cliquant les verres l’un contre l’autre Estel lui disait la voie plus dégagé.

A notre soirée si magnifique soit elle, j’aurais aimé qu’elle se prolonge.

Elle lui donnait un dernier sourire, un dernier échange dans leurs regard et alors qu’il allait mettre le verre à sa bouche et boire le vin, Estel le stoppait par le pied de celui-ci.

Non ne buvait pas celui-ci, prenait le mien.

Elle échangeait les verres, voyant qu’il ne comprenait pas elle allait tout lui expliquait car elle ne pouvait pas faire cela.

J’ai mis dans ce verre un liquide qui m’aurait rendu irrésistible à vos yeux, ce liquide nous aurait permis de passer une nuit exceptionnelle, la nuit que je voulais, que je désirais car votre amour est déjà dans mon cœur Ayliän, mais s’il n’y a que moi qui la désire je n’ai pas de droit de vous faire ça, je suis désolé de mon geste et m’en excuse.

Le sourire n’était plus là, mais elle savait qu’elle avait prise la bonne décision, les deux verres étaient maintenu par l’elfe aux yeux verts, pendant ce temps Luccio avait monté l’un des gardes ivre mort sur la table dans sa chambre à l’étage, suivi des deux autres gardes, la troupe avait réservé les chambres afin de ne pas devoir aller trop loin pour dormir, le chef avait bien sur la sienne et à présent Estel aussi allait dormir la en face de lui, seule. Elle attendait sa réaction qu’allait il faire, avait elle baissé dans son estime, allait il s’énerver contre elle, elle ne le voyait pas ainsi mais les elfes ont parfois de curieuse façon de réagir, ce qu’elle ne voulait pas c’était le voir partir en colère, de toute façon elle ne le laisserait pas faire….
Revenir en haut Aller en bas
Ayliän Faën
Gardien de la Nature
Ayliän Faën

Messages : 2669
Métier : Commandant de l'armée elfique
Age du personnage : 227
Alignement : Bienveillant
En couple avec : Evanya
Ennemis : Meute de Croc-Noir

Feuille de personnage
Réputation: 0
Avertissement: 0/3

Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Une dernière étreinte...   Une soirée enivrante... EmptyVen 15 Avr 2011 - 16:38

Sans un mot, partant telle une ombre, Estel ne fit qu’un petit hochement de la tête, approuvant les dires du Gardien. Elle le quitta, le laissant ainsi au milieu de la piste et repassa de l’autre côté du bar avant de revenir quelques minutes aprés vers Ayliän qui n’avait bougé, se demandant bien ce qu’elle faisait. Il lui sourit quant elle arriva avec deux nouveaux verres, elle était bien plus solide qu’Ayliän contre l’alcool, lui qui n’était habitué à une telle ambiance, il s’aimait à penser recommencer. Elle lui tendit le verre en hommage à la soirée, il leva celui-ci avant de le porter à ses lèvres. Mais telle fut sa surprise quand elle l’arrêta sur sa lancée, l’empêchant d’ingurgiter le liquide. Les mots d’Estel lui furent quelque peu douloureux, ne pensant un instant que ce genre de choses se faisait, le Gardien abaissa le regard vers son verre. Il fit une moue bien attristée avant de relever le visage en sa direction.

- Pourquoi vouloir faire cela? Ma présence ne vous suffit-elle pas?
Mes sentiments ne vous contentent pas… il vous en faut plus?


Dit-il comme s’il venait d’avoir une révélation. Loin de là était l’idée qu’il s’imagine ce genre de traîtrise. Un liquide forçant les sentiments et les pulsions sexuelles pour une nuit d’amour faussée. Quel gâchis cela aurait été… Ce n’était pas digne d’une elfe bien que son honnêteté le soit, ce qui fit réfléchir Ayliän.

- Ne faites plus cela… c’est triste et seulement triste.

Il détourna le regard en direction du bar, des quelques tables vides et revint aux yeux d’Estel.

- Le faite est que vous m’ayez avertit, votre honnêteté prouve que ma confiance puisse vous être accordée. Aimant la nature, vous devriez vous enrôler aux Orateurs du sanctuaire aux lucioles, vous y trouverez peut-être votre voie. Vous devriez demander audience à la Grande Prêtresse. J’aurai bien voulu vous aider, mais d’ici demain, je ne serais plus en Evanya.

Ayliän semblait émaner en Estel une bien mauvaise façon de finir la soirée, il s’en voulait de ne pouvoir lui donner ce qu’elle voulait. Son rôle lui tenant à cœur, il ne pouvait faire cela, ça n’était pas dans ses principes, ça n’était pas ce qu’il recherchait en premier chez une elfe. Son visage prit une tournure dramatique, ses lèvres se refermèrent et ses yeux n’envisageaient plus de s’illuminer cette nuit là. Pourtant, il forma un dernier sourire pour Estel et porta sa main à sa joue, la caressant tendrement avant de la quitter.

- Prenez soin de vous, Dame Estel. dit-il en inclinant respectueusement la tête.

Il détourna le regard en direction de la porte en bois faisant office de sortie et s’y dirigea sans se retourner. Marchant lentement, hochant la tête en signe de remerciement au barman et aux quelques autres survivants. Quand il arriva à hauteur de la porte, il se retourna une dernière fois pour voir la jeune et jolie guerrière qu’il se devait de quitter. Ils se regardèrent quelques secondes, son regard espérait la revoir… et elle le savait car elle en avait le même désir.

Quand la porte se referma derrière lui, un souffle chaud s’introduisit dans toute l’auberge, caressant la peau diaphane de la belle Estel, dernière étreinte d’une soirée enivrante.


Arrow ~ Evanya ~ L'arbre aux lucioles ~ Une larme pour Evanya... ~

(Hrp : Merci beaucoup, ce fut trés agréable, Dame Estel ♥️ * s’incline *)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... EmptySam 23 Avr 2011 - 13:19

Il n’était pas content, elle l’avait blessé, elle n’aurait pas du faire ça, elle n’aurait pas du mettre ce liquide dans le verre et peut être ne pas l’avouer en explosant le verre, mais elle était bien trop honnête pour le faire, elle ne voulait pas lui faire du mal pourtant c’est ce qu’elle venait de faire et la tristesse se lisait dans ses yeux, sans pour autant libérer ses larmes afin de ne pas attendrir l’elfe qui parlait à nouveau. Il lui parlait d’aller voir la grande prêtresse, afin de faire parti d’une genre de guilde, pourquoi il parlait il de ça ? Elle aurait voulu lui dire mais rien ne pouvait sortir de sa bouche sans qu’il le lui demande, elle ne voulait pas laisser sa voix tremblante sortir, elle ne voulait plus lui faire du mal, alors peut être elle ne le verrait plus et cela serait sa punition et elle l’accepterait comme il se doit, cette faute c’était elle qui l’avait faite et elle devait accepter ces reproches !

Elle fut surprise de son geste toutefois, car il venait de lui sourire et de poser sa main sur sa joue, mais elle ne voulait plus faire ce genre de geste ce soir, ils lui avaient fait bien trop de mal, elle n’aurait pas du accepter la simple envi de boire avec lui, elle n’aurait pas du accepter de regarder ses beaux yeux, elle n’aurait pas du accepter ses caresses, ce nouvel amour lui faisait mal, bien trop de mal ! Il partait de l’auberge, sous les yeux d’Estel, elle qui venait de se dire qu’elle ne voulait plus le voir, le voir partir lui faisait un trou dans le cœur, elle aurait voulu courir derrière lui pour le serrer une dernière fois, courir pour sentir sa peau contre la sienne une dernière fois, il allait la quitter et elle savait qu’il aurait beaucoup de difficulté à la retrouver, non elle n’était pas prêt de le revoir.

La porte venait de se refermer et les larmes d’Estel coulaient avec elle, elle eut une dernière fois l’odeur d’Ayliän dans les narines, une douceur agréable, oui il serait dur à oublier, très dur, mais elle devait rentrer, regardant une dernière fois son ami sous ses yeux remplit d’eau, elle reprit la direction de la porte de sortie, puis celle de la citée, repensant à son visage, son odeur, sa beauté, ses sourires et ses yeux ! Ses yeux magnifiques, elle repassait les gardes, leurs souriant pour cacher sa peine, puis en traversant la plaine sous la pluie et le vent, elle retrouvait sa foret. Pour elle, la pluie c’était Drack et le vent Warren, tous deux savaient qu’elle était triste et voila pourquoi en cette nuit calme, le temps avait changé pour elle. Triste pour elle où en colère ? Même elle ne savait pas le dire, une fois à l’entrée de sa foret, elle se retournait une dernière fois pour voir la citée sous le clair de lune, magnifique tout comme sa soirée…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une soirée enivrante... Empty
MessageSujet: Re: Une soirée enivrante...   Une soirée enivrante... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée enivrante...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fin de Soirée improvisée Sophie /Virginie
» Au ciné ce soir
» soirée fraîche
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» Quand notre guerrière se déshabille le soir...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Archives :: • Archives RP •-